Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 septembre 2008

DNA : Vivement les Vacances

Vivement les vacances...

 

(Dessin Joan)

La crise nouée à la Camsa au sujet du projet d'implantation de résidences Pierre ' Vacances a atteint jeudi soir un paroxysme quand le maire d'Ungersheim a quitté sèchement la réunion des commissions réunies. Depuis plusieurs semaines, la tension montait entre les deux hommes. Et au delà du désaccord profond sur la notion de développement durable autour duquel s'enlise le dossier, les uns prêtent aux autres des intentions politiciennes plus ou moins avouables et mesquines pour expliquer leur position. Une chose est sûre (mais peut-on être sûr de quoi que ce soit en politique ?), Jo Spiegel et Jean-Claude Mensch ne passeront pas leurs prochains congés dans le même... village vacances.

Question de taxe ?

Ainsi, à Pulversheim, un adjoint estime que l'opposition du maire d'Ungersheim serait avant tout guidée par des raisons fiscales. «La forêt est sur le ban de Pulversheim, c'est donc Pulversheim et non Ungersheim qui bénéficiera des retombées fiscales que sont la taxe foncière et la taxe locale d'équipement», explique-t-il, ajoutant que la TPU, la taxe d'habitation et la taxe de séjour reviendraient à la Camsa. «Si le projet était à 500 m plus au nord, la position d'Ungersheim serait différente.»

Troisième tour des municipales...

Jean-Claude Mensch est cependant loin d'être isolé. Un collectif d'élus parmi lesquels le maire PS de Wittenheim Antoine Homé (accusé de ne pas avoir digéré de voir le centre nautique promis par la Camsa partir à Ungersheim) et le chef de file des socialistes mulhousiens Pierre Freyburger, soutiennent la démarche du maire d'Ungersheim et demandent tant un changement de méthode qu'une évolution du projet. Un front commun qui fait hurler au règlement de comptes politiques. Les opposants feraient payer au président de la Camsa son manque de soutien politique lors des dernières municipales à Mulhouse. D'aucuns n'auraient pas pardonné au maire socialiste de Kingersheim, son absence d'engagement auprès de Pierre Freyburger, lorsque celui-ci disputait la mairie de Mulhouse à... Jean-Marie Bockel.

Un silence assourdissant

S'il est un silence assourdissant dans cette affaire, c'est bien celui soigneusement gardé par la Région et le Département, tous deux membres du Symbio, partenaire du projet avancé par la Caisse des dépôts et consignations. Depuis le début de la crise, pas un communiqué, pas une prise de position officielle. C'est le soldat Spiegel qui va au charbon. Il est vrai que le projet se situe sur le territoire de la Camsa.


09:17 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.