Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 septembre 2008

Dossier Pierre et vacances toujours

Pierre et Vacances / Propositions et réactions
Les projets du maire d'Ungersheim

Si Jo Spiegel regrette les effets d'annonce de Jean-Claude Mensch, ce dernier rétorque : «Depuis plusieurs mois, nous avons proposé de mettre des panneaux photovoltaïques sur la toiture du Carreau Rodolphe. C'était toujours non.»

 Aujourd'hui, le maire d'Ungersheim va plus loin et proposera ce soir à la Camsa «la création d'une centrale solaire. Il s'agit d'installer des panneaux photovoltaïques sur les terrils. Ce serait en phase avec le plan Climat que nous avons signé en décembre dernier. Ce système photovoltaïque permet de produire de l'énergie sur des terrains stériles. Cette énergie pourrait être reprise à 0,30 € le kw/h produit». Le maire d'Ungersheim rappelle que «ce projet n'a rien d'utopique» et qu'il a «déjà fait l'objet d'études poussées de la part d'un bureau d'études ayant travaillé pour Shell».
 Sans attendre la décision de la Camsa, Jean-Claude Mensch espère que sa commune pourra se lancer dans une opération similaire sur le ban d'Ungersheim : «Près de l'étang de la commune, au lieu-dit le Kohlacker, l'ancien carreau de la mine Ungersheim en partie renaturée, il y a une décharge de 2,5 ha qui pourrait devenir un jardin solaire qui serait financé par des investisseurs privés.» Il ajoute: «L'installation des panneaux serait garantie sur 25 ans et l'amortissement d'un tel équipement se ferait sur 7/8 ans.» Le maire précise que ce projet de jardin solaire a déjà été évoqué en conseil municipal. Il espère que le lancement des études puisse se faire avant la fin de l'année «Ce serait bien si la Camsa prenait à sa charge un tel projet» ajoute Jean-Claude Mensch.

Soutien à la mairie
d'Ungersheim

 Dans un communiqué, le collectif (*) des élus opposé au projet présenté par Pierre et Vacances apporte son soutien à Jean-Claude Mensch et son équipe municipale.
 « Le collectif des élus socialistes, verts, divers gauche et indépendants tient à réagir à propos du dossier « Pierre et Vacances » et à apporter son soutien total à Jean-Claude Mensch et aux élus de la commune d'Ungersheim et rappelle que des décisions d'un conseil municipal doivent être respectées.
 Le projet présenté n'est pas un bon projet. Il ne suffit pas de lancer des arguments généraux ou de stigmatiser ceux qui pensent différemment pour avoir raison ou pour que le projet soit subitement un excellent projet pour la communauté.
 Le projet ne fait pas du tout consensus et est contesté par de nombreux élus et associatifs pour plusieurs raisons fortes.

«Fuite en avant financée
par l'argent public»

 C'est d'abord un projet privé qui sera largement financé par l'argent public des contribuables : quatre collectivités territoriales (Région, Conseil général, Camsa et le Sivom de l'agglomération mulhousienne) sont sommées de financer une piscine tropicale prioritairement privée, à hauteur de plus de 22 millions d'euros, le tout étant présenté comme une exigence de l'investisseur privé qui construirait le village de vacances.
 Il faut rappeler que le Conseil général et le Conseil régional ont déjà dépensé 37 M d'euros pour financer le projet du Bioscope dont le succès n'est pas au rendez-vous : la fuite en avant financée par l'argent public se poursuivrait donc pour atteindre 60 M d'euros. Dans le même temps, l'on ignore tout du contenu réel et du rythme des investissements privés -les fameux 110 M d'euros brandis sans précisions sinon que le mécanisme repose sur la défiscalisation. Aucun dossier ni plan de financement n'a été communiqué aux élus qui ont été tenus écartés de l'élaboration du projet. La méthode a donc été bâclée et d'ailleurs aucune étude financière ou d'impact n'a été présentée, ce qui, pour un projet d'une telle ampleur, est inédit.

«Un projet très faible
en emplois créés»

 De plus, la Camsa devrait acquérir le terrain qui serait cédé à l'euro symbolique à l'investisseur, modifier le Schéma de Cohérence Territoriale validé en 2007 par les 38 communes de l'agglomération mulhousienne, revoir à la baisse l'ambitieux « plan Climat » et abandonner les promesses faites aux habitants du Nord de l'agglomération de construire un centre nautique public pour tous.
 Ce projet très faible en emplois créés, alors qu'il faut rappeler que l'Écomusée a dû licencier des dizaines de salariés, constitue en réalité une tentative désespérée de soutien au Bioscope. Il nous paraît voué à l'échec économique puisque les nuitées envisagées ne suffiront de loin pas à équilibrer le financement de ce parc de loisirs.
 Sur le volet environnemental, la forêt alluviale et la zone humide, qui abritent des espèces protégées, seraient sacrifiés. S'il faut une politique du tourisme et de l'hébergement dans notre région, il n'est pas responsable à l'heure du Grenelle de l'environnement d'éliminer des espaces naturels, denrée qui devient rare en plaine d'Alsace.
 Loin d'être dans la protestation stérile, nous proposons un projet différent, adapté à notre territoire et appelons tous les élus à y travailler.

«Investir dans le projet
d'écologie industrielle
du groupe Rodolphe»

 Nous estimons, en effet, que l'argent public pourrait être beaucoup plus utile ailleurs, entres autres pour sauver les emplois et le patrimoine de l'Écomusée d'Alsace qui est le bien commun de tous les Alsaciens dans le cadre d'un projet associatif qui respecte son âme et son esprit. Nous proposons d'investir dans le projet d'écologie industrielle du groupe Rodolphe -notamment la géothermie et l'énergie solaire- et dans la mise en valeur du Carreau du même nom. Nous demandons également le respect du Scot et des engagements antérieurs de la Camsa sur le projet de centre nautique au Nord de l'agglomération.
 Nous demandons enfin que la concertation avec les élus se fasse de manière active en amont et que les informations mises à leur disposition soient réelles et sérieuses ».


 

(*) Le comité de soutien à la municipalité ungersheimoise se compose de: Martine Diffor, conseillère régionale d'Alsace, vice-présidente de la Communauté de communes de Saint-Amarin (PS) ; Bertrand Felly, maire de Feldkirch ; Pierre Freyburger, conseiller général du Haut-Rhin, conseiller municipal de Mulhouse (PS) ; Frédéric Hilbert, conseiller général (Les Verts) ; Antoine Homé, maire de Wittenheim, conseiller régional d'Alsace (PS) ; Monique Marchal, conseillère régionale d'Alsace (PS) ; Jacques Muller, sénateur-maire de Wattwiller (Les Verts) ; Djamila Sonzogni, conseillère régionale d'Alsace (Les Verts) ; les Verts d'Alsace.

09:44 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.